ll y a un 15 ans disparaissait de mort accidentelle l'ex-P/APC de Bouzeguène Habbi Arab.

Il était pour tous un bâtisseur, un visionnaire, un serviteur de notre ville, et pour beaucoup, un élu respecté et estimé. Un militant des droits sincèrement réformiste, épris de liberté et fidèle à l'humanisme algérien, « le défunt maire refusait le portable (à la mode à l'époque) et le véhicule de service, n'hésitant pas à mettre la main à la poche pour soulager les nécessiteux qu'il ne pouvait pas satisfaire par les moyens de l'état » écrivait Salem Hammoum dans les pages du soir d'Algérie en 2005. 

 

Lire la suite sur Le bouzeguènePost