WASHINGTON (SIWEL) — "On dirait que le lever de drapeau kabyle auquel j’ai procédé à New York, devant les Nations Unies, le 11/10/2015, a fait trop mal aux tenants du régime algérien à tel point qu’Ouyahia, ex-premier ministre, s’en est saisi pour espérer refaire surface. Mais en relisant de plus près sa déclaration m'accusant de "vendre l'Algérie aux juifs", j’en conclus qu’on est davantage devant l’ultime acte d’un condamné, qui s’adresse à son supplicié, « Bouteflika » lui demandant de l’épargner, que devant l’expression d’une quelconque conviction".

FerhatRéponse

Extrait du droit de réponse de M. Ferhat Mehenni à Ahmed Ouyahia. Siwel publie ci-après l'intégralité du texte.

Lire la suite sur SIWEL.