Bouzeguène à l'est de Tizi-Ouzou

bouzeguneLa daïra de Bouzeguene fait partie des 21 daïra de la wilaya Tizi-ouzou,elle est situé à l'extrême est de cette dernière. La population totale de la daïra est de 50945 habs ( recensement 2008) pour une superficie de 209,97km2.

Elle est subdivisée en 4 communes

· Bouzeguene (24 villages)
· Béni-Zikki (9 villages)
· Idjeur (7 villages)
· illoula oumalou (17 villages)  

L'économie de la commune, est majoritairement tournée vers le commerce de détail, et la majorité des entreprises de la commune sont des entreprises du secteur du bâtiment ou de transport (marchandises ou voyageurs). 

Printemps Berbère 2015 : Fil Harmonie

150415 expo collective fil harmonie 500 b9530

Dans le cadre du 35ème anniversaire du printemps berbère Du 7 au 30 avril2015 à l'ACB (Association Culturelle Berbère).

Vernissage le mercredi 15 avril à 18h30 

Le Maquisard de la chanson (K. Yacine)

village-sahel.com Ferhat

Ferhat Mehenni, dit Ferhat Imazighen Imula, est un homme politique et chanteur algérien, d'origine et d'expression kabyles, né le 5 mars 1951 à Illoula Oumalou (Algérie). Il est le fondateur du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK) et assume les fonctions de président du Gouvernement provisoire kabyle. En juillet 2013, il fut lauréat du Gusi Peace Prize (en), un prix délivré par Gusi Peace Prize International visant à récompenser les personnalités œuvrant pour la paix dans le monde. 

Fils d'un combattant de la guerre d'Algérie, Ferhat Mehenni entre à l'école primaire en janvier 1963 au centre de Chateauneuf, à Alger, qu'il quitte en 1965, pour celui de Larbaâ Nath Irathen où il reste jusqu'en 1969. 

Candidat libre au bac en 1972, il entre à l'Institut des sciences politiques de l'université d'Alger et découvre les différents courants idéologiques, berbéristes notamment, qui agitent la capitale. C'est de cette époque (octobre-novembre 1972) que date sa première rencontre avec celui qui deviendra son ami et compagnon de lutte, Saïd Saadi. Ensemble, ils participent à la publication d'une revue intitulée d'abord Taftilt « lumière » puis Itri « étoile », dans laquelle sont formulées des revendications culturelles et linguistiques. 

M’Jahed Hamid, illustre chanteur à textes de la chanson kabyle.

Pour les jeunes générations malheureusement il est aux oubliettes

Medjahed Hamid est le genre d'artistes qui est sorti de l'anonymat à la barbe de sa personne réservée qui n'est pas trop portée sur les feux de la rampe. C'est grâce au public épris de cette voix, de cette guitare qui n'a pas son égale pour faire s'envoler les colombes dans les cœurs, grâce à ses mélodies sorties de nos entrailles, à l'épicentre de la source régulatrice du beau en nous, que ces merveilles nous sont parvenues pour nous rendre fiers, ériger en nous des citadelles d'appartenance...